En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l’utilisation des cookies destinés à améliorer la performance de ce site et la qualité de nos services, à en adapter les fonctionnalités. En savoir plus sur les cookies.

Continuer
Trouver un produit
Demander une proposition
Déclarer un sinistre
Nous contacter
Nos bureaux à travers le monde

* Pantaenius UK Limited is authorised and regulated by the Financial Conduct Authority (Authorised No.308688)

** Pantaenius America Ltd. is a licensed insurance agent licensed in all 50 states. It is an independent corporation incorporated under the laws of New York and is a separate and distinct entity from any entity of the Pantaenius Group.

Bienvenue dans votre espace client
  • Télécharger les contrats, les conditions et les clauses
  • Trouvez vos factures et vos montants à payer
  • Vérifiez et modifiez vos informations personnelles

Le sac d'abandon

Lorsqu’on prend la mer, la première question à se poser est celle de la sécurité et on doit être certain qu’en cas d’abandon du navire on soit préparé à survivre dans ce milieu hostile que l’on pense bien connaitre et pourtant...
Le sac d’abandon est la priorité et la vérification du contenu doit être anticipé car en cas d’abandon du navire, le temps est compté ! Vous trouverez dans cet article les recommandations et vérifications d’usage du sac d’abandon avant toute navigation ! La sécurité est l’affaire de tous, le sac d’abandon doit être prêt et accessible à tout moment !

« Au bout de cinq à six semaines, x2
Les vivres vin-vin-vinrent à manquer x2
Ohé ! Ohé !
On tira à la courte paille, x2
Pour savoir qui-qui-qui serait mangé, x2
Ohé ! Ohé !
Le sort tomba sur le plus jeune, x2
Qui n´avait ja-ja-jamais navigué x2
Ohé ! Ohé ! 
Ohé Ohé matelot, matelot navigue sur les flots… »

Ces vers sont extrait de “il était un petit navire”, la fameuse comptine. Vous êtes probablement en train de réaliser que vous avez exposé vos enfants à une horrible histoire de cannibalisme dès leur plus jeune âge ! 
Notre littérature regorge d’histoires et de contes d’hommes (et de femmes) ayant dû survivre suite à un naufrage ou une avarie de leur bateau. Mais au-delà des Robinsons et des Tom Hanks (avec son ballon Wilson) il existe une multitude d’histoires vraies.

Justement, pour la petite histoire, en décembre 2012 le pêcheur Salvadorien Salvador Alvarenga, parti exercer son métier le long des côtes mexicaines sur son bateau de 7 m, s’est retrouvé repoussé au large à cause de vents violents.
A court de carburant il était à la dérive avec son marin. Plein de ressources, ils ont survécu grâce à de la viande crue d’oiseaux marins, du sang de tortue et de la chair des poissons qu’ils parvenaient à attraper.

Son camarade ne réussissant pas à s’adapter à ce régime et au manque d’eau succombe après 4 mois et le laissera seul pour les….. 10 mois suivants !
En effet, après 14 mois de dérive, le bateau finit par s’échouer dans un atoll des Iles Marshall.
Malgré la malnutrition et la déshydratation, il a survécu faisant appel à un instinct de survie et une capacité d’adaptation exceptionnelle.
S’il avait correctement préparé son équipement de survie, sa longue croisière aurait probablement été moins désagréable…

Heureusement avec les moyens de communication modernes et le trafic maritime (sur les routes habituelles) une fois votre message de détresse envoyé, vous n’aurez qu’à attendre l’arrivée des secours. Cette attente peu évidemment varier selon votre zone de naufrage mais dans la plupart des cas elle ne dépasse que rarement les 72 h.
Néanmoins, selon les circonstances il se peut que vous n’ayez pas le temps de signaler votre naufrage et dans ces cas-là, vous pourriez être amené à dériver sur votre canot de sauvetage pendant un certain temps, mieux vaut donc être bien préparé.


1.    Alerter et se repérer
Une fois à bord de votre radeau la priorité, surtout si vous n’avez pas eu le temps de le faire avant de quitter votre navire est de se signaler aux autorités.
Lorsque vous êtes activement recherché par les secours, il n’est déjà pas simple pour les sauveteurs de localiser un radeau de sauvetage dans une zone de recherche parfois étendue, même par hélicoptère. Alors imaginez une seconde que vous deviez signaler votre présence à un navire de passage qui n’est pas au courant de votre dérive.

Les indispensables :

  • Feu à mail/ miroir de signalisation
  • Lampe de poche / lampe frontale
  • Fusée de détresse
  • Sifflet/corne de brume
  • VHF portable

Mais aussi

  • Téléphone satellite

Le fait de savoir où l’on est (même si les autres ne le savent pas) est déjà source de réconfort. Cela vous permettra de suivre votre progression et éventuellement de vous signaler, si par chance vous êtes en mesure de le faire.

  • Cartes marines de la zone dans laquelle vous avez prévu de naviguer (la carte de la Corse si vous dérivez dans le Pacifique pourra éventuellement vous abriter du soleil, pas plus…)
  • Gps/boussole
  • Montre (ou autre objet donnant l’heure)
  • Compas

2.    Les Ressources

L’eau

Rapidement, l’eau douce va devenir la principale préoccupation du naufragé.
S’il est possible de survivre pendant au moins 20 jours sans s’alimenter, vous ne tiendrez pas 3 jours sans eau en particulier dans les zones tropicales.

Les Indispensables :

  • Bouteilles ou bidons remplis d’eau
  • Dessalinisateur manuel ou distillateur solaire
  • Sacs plastiques (pour stocker l’eau douce récoltée)

La Nourriture

Si la dérive se prolonge, le manque de nourriture va également devenir un problème, il faut donc penser à embarquer une source de nourriture immédiatement disponible et également de quoi s’en procurer durablement.

Les Indispensables :

  • Barres énergétiques / rations de survie
  • Nécessaire de pêche (fil nylon/ hameçons/leurres)

Mais aussi :

o    Fusil harpon
o    Filet à Plancton (source ce vitamine C – Important pour éviter le scorbut)

3.    Santé et confort

La trousse de secours

Abandonner un bateau qui sombre ne se passe pas toujours en douceur. A la suite d’une collision, un incendie voire une explosion, il est possible que les passagers subissent des blessures.
Mieux vaut donc avoir de quoi prodiguer les premiers soins…
Bien entendu, sa composition peut varier selon le type de navigation et la zone du monde où vous voulez vous rendre. Le Centre de Consultation Medicale Maritime (CCMM) est à votre disposition pour vous fournir la liste du matériel et des médicaments en embarquer selon votre programme et vos antécédents médicaux. Pensez à conserver leurs coordonnées à bord du bateau, leur service de consultation médicale téléphonique pourrait s’avérer très utile…

Le Confort

La nature est hostile pour le naufragé ! Le soleil, le froid, le vent, le sel, l’eau stagnant au fond du radeau…. Tout est réuni pour mettre le corps humain à rude épreuve

  • Couverture de survie
  • Lunettes de soleil
  • Crème solaire

Mais également pour maintenir un minimum d’hygiène

  • Seau/écope pour rester au sec
  • Savon/chiffons/éponge


Matériel Divers

Quelques objets de base qui facilitent la vie :

  • Couteau (multifonction si possible)
  • Ruban adhésif de type Scotch (une invention humaine vraiment incroyable)
  • Cordes / ficelles
  • Kit rustine
  • Piles

Une fois le matériel de base embarqué, c’est la détermination et la volonté qui vous permettront de survivre. Pour ne pas céder à l’angoisse et au désespoir (surtout lorsqu’il est seul) quelques distractions pourront aider le naufragé à occuper son esprit :

  • Livres 
  • Papier /crayons
  • Masque/Tuba
  • Jeux de cartes

Sans surprise, le sac d’abandon devra être flottant et étanche, si possible de couleur vive.
Il devra être placé dans un endroit facile d’accès, au plus près du canot de sauvetage.
Le sac d’abandon, c’est comme un vieil ami que vous ne fréquentez plus, vous tombez parfois nez à nez avec lui en ouvrant un compartiment, il ne vous demande jamais rien (ou presque, il faut de temps en temps vérifier les dates de péremption) mais il sera toujours là pour vous aider quand vous en aurez besoin ! Pensez à lui faire un petit coucou de temps en temps.

PANTAENIUS - un partenaire fiable
Il est important de se sentir bien et en sécurité
50
ans

d'expérience garantissent un service unique et efficace dans la gestion de sinistre, lorsque vous en avez le plus besoin.

100.000
clients

nous font déjà confiance et font de Pantaenius le numéro 1 de l'assurance plaisance en Europe.

35.000
spécialistes

composent notre réseau de professionnels, permettant d'assurer un véritable service local et de conseil dans le monde entier.